Vous êtes amateur de vins et le sommelier vous propose les vins bio. Des questions se posent sur ce vin naturel. Quelle est la définition de vins bio ? Quels bénéfices de se mettre aux vins bio. Et quel vin est encore plus bio que le bio ?

Vins bio, quelle définition ?

 Ce qu’il faut savoir quand on parle de vins, c’est qu’il y a deux éléments essentiels. D’abord, la partie viticulture qui concerne la culture de raisins et la partie vinification, le processus de transformation des raisins en vin.   Autre chose à considérer, la nouvelle culture de vigne et les vignobles avant 2012 à convertir en raisins biologiques. Un vin bio doit être issu de raisins biologiques, c’est-à-dire, d’une culture utilisant exclusivement de substances naturelles nécessaires pour protéger le vignoble, et durant l’entretien et l’amélioration de la fertilité des sols, on utilise exclusivement des travaux mécaniques. Pour les vignobles convertis, il faut au minimum 3 ans pour que l’on puisse récolter des raisins biologiques. Ensuite, la vinification doit être conduite, toujours selon le cahier des charges européen de 2012, avec des produits certifiés issus de l’agriculture biologique uniquement. L’ajout d’intrants comme le soufre et de l’acide ascorbique est très limité. Pour être attribuée de l’appellation vin biologique, il faut être contrôlé annuellement par un organisme certificateur. Pour avoir plus d’infos, le vin bio en ligne est disponible sur achat de vin bio.

Les avantages de se mettre aux vins bio

Le premier avantage des vins bio est le goût car c’est le vin qui s’exprime de sa naturalité, le cépage même qui s’exprime sans correction de tous ses arômes ; produit original, racé et aussi fruité. Ensuite, le produit sain que l’on boit, sans produits chimiques. La quasi-absence de  sulfites est un avantage indéniable car il n’y aura plus le mal de tête du lendemain. Et en plus les sulfites sont mauvais pour notre santé. Selon OMS, 45 mg de sulfite par jour et par personne est la consommation totale acceptable pour le corps humain. Dans le vin bio, le taux de sulfite varie entre 70 et 100mg/l pour un vin rouge sec ; par contre dans un vin conventionnel, le taux de sulfite peut aller jusqu’à 160mg/l.

La consommation de vins bio, avec modération, permet d’avoir des bénéfices pour la santé, car pas de pesticides ni de produits chimiques.

Le fait de faire achat de vin bio est une forme d’engagement plus concret et responsable envers l’écologie, qu’est le traitement des sols et des vignes de manière durable. Un autre engagement est la valorisation du travail des artisans qui privilégient la qualité au détriment de la quantité.

Le vin plus bio que le bio

Pour aller plus loin, si vous voulez vous engager pour l’environnement, l’écologie et limiter au minimum l’usage de produits chimiques lors du processus de production de raisin et de vin lui-même, il faut adopter les vins biodynamiques. La biodynamie, un système de production  initié par le philosophe autrichien Rudolf Steiner, qui consiste à garder l’équilibre entre la plante, le sol et l’environnement tout en tenant compte des cycles lunaires et planétaires. Les organismes privés Demeter et Biodyvin labellisent les vins biodynamiques, mais il faut que le vin soit certifié bio. Les normes à respecter sont strictes, par exemple, le taux de sulfite, par l’usage de soufre, ne doit pas dépasser de 70 mg par litre et pour l’usage de cuivre-métal, c’est limité à 3 kilos par hectare par an. Plus d’exigence, le cahier des charges, pour être labellisés vins biodynamiques, est rempli de conditions draconiennes voire méticuleuses, mais leurs producteurs sont fiers de présenter des vins de qualité.